LETTRE AUX CAPITALISTES AFRICAINES

Bonjour,

Tout d’abord, permettez-nous une toute petite présentation. Nous avons quelques heures de vol sur le dos et ici nous voudrions restituer ce que nous avons appris sur le terrain dans seize Pays du Continent sur vingt-six dans le monde. Nous pourrions également mentionner l’éloge écrit signé par le Premier Ministre de la Somalie pendant la collaboration avec la Banque Centrale – avant le régime Barre – et une lettre de référence émise par la Banque de Développement Agricole – Guinée Conakry – à la fin de la mission l’ONU / FAO, 1995. Récemment, entre outre, nous aimerons mentionner le Partenariat avec IV mirant l’assistance aux entrepreneurs Africaines [1].

Il est bien connu qu’on parle du développement du Continent surtout depuis la déclaration du président Obama de prévoir un budget de 2,5 milliards de dollars pour le « Programme Power Africa Initiative », lors du voyage au continent en 2013. En 2014 le banquier Elumelu[2] a proposé l’Africapitalisme pour promouvoir l’esprit d’entreprise africain.

Ici nous voudrions partager quelques réflexions sur les Programmes de relance après Coronavirus pour repenser ensemble le comportement de tous et chacun, en premier lieux ceux qui ont le privilège d’une position important dans les Communautés.

D’après la Banque Mondiale “African investors remain risk-averse” and …. the funding requests lack speaking the language required for investment” [3] La situation est bien connue aux entrepreneurs africains et nous pensons que quelque chose doit être faite, à moins qu’on décide de garder le statu quo.

Entretemps les Afro/américaines ont montré la route [4]. L’argent ne manque pas ; alors quoi faire pour faire face à l’aversion au risque des capitalistes ?

Les raisons du comportement des capitalistes africains méritent attention et peut-être

les sociologues pourraient aider et fournir des explications. En dehors de la sociologie, à notre avis, il y a des goulots d’étranglement au niveau de la méthodologique et de la pratique des affaires, dont nous avons déjà parlé.

Nous disons que dans la mesure où ce qu’a été dit par la Banque Mondiale est réel, la meilleure façon pour faire face à la situation est de donner la chance aux capitalistes comme nous expliquons ci-dessous. Toutefois la question est double, car il ne s’agit pas seulement d’impliquer davantage les capitalistes dans le processus de développement, mais aussi de les aider à repositionner la stratégie à la lumière de l’évolution des conditions de marché : ce que nous avons fait, tout en concluant les options ci-dessous [5].

Nous avons élaboré deux options : Option 1 : Associer les capitalistes dans un schéma de développement des Agences internationales ; Option 2 : Fournir le capital d’amorçage pour la mise en place d’un Fonds National dans chaque Pays.

Option 1 – Les capitalistes nationaux participent aux programmes de développement

Notre proposition vise à remodeler le processus de la prise de décision en donnant la chance aux capitalistes nationaux et les accepter dans les Salles de Conseil en tant que Parties Prenantes qui s’engagent à soutenir les économies de leur propre pays/région. En d’autres mots, faire participer les capitalistes privés à la prise de décision, l’apprentissage par la pratique étant la manière appropriée pour diffuser le langage requis pour les investissements.

Un exemple pratique peut être fourni tout en référent au Programme de la International Finance Corporation (IFC) dans les pays Mena. L’IFC pourrait mettre en place un Fonds Risques dans chaque des vingt pays Mena s’étendant de l’Iran au Marocen utilisant même une petite tranche du budget de 2 milliards de dollars comme capital d’amorçage et en associant les capitalistes nationaux en tant qu’actionnaires vraiment déterminés à financer à la fois le démarrage (Start-up) et la croissance des entreprises (Growth-up), qui sont l’épine dorsale des économies des pays.

Dans ces conditions, une institution de financement du développement comme IFC ou même la BAD pourront jouer le rôle de conseiller, leur présence étant aussi une garantie de l’opération.

À notre avis, l’option ci-dessus demande du temps pour être remplie, en considération du fait que partager la décision signifie négocier le pouvoir et donc il n‘est pas simple; enfin, il est à dire que le but ultime des financiers à tous les niveaux – de la Banque Mondiale, FMI, jusqu’à le petit banquier – n’est pas seulement de tirer un profit, mais d’influencer le budget des débiteurs et donc interférer dans leurs choix (voir institutions nationales et internationale).

Option 2 – Les capitalistes nationaux créent leur propre Fonds Risques

C’est donc aux capitalistes Africains de prendre en charge l’avenir de leurs communautés avec la création d’un Fonds National. Cela veut dire :

  1. Changer l’algorithme du financement du développement avec des interventions financières soutenables.
  2. Avoir des investisseurs privés vraiment engagés dans le processus de développement
  3. Fournir un service soutenable, accessible pour la Clientèle et avec un prix transparent. Voici quelques fonctionnalités et caractéristiques du Fonds :
  4. À notre connaissance, il s’agit du premier Fonds Risques explicitement conçu dans le cadre du Programme des NU-Agenda 2030  (Vision & Objectifs 1, 8, 17), toute en tenant compte des directives du Comité Bâle III avec Kampala Principes.
  5. Le Fonds proposé a été dessiné sur la base d’une une méthodologie et il est à considérer comme une nouvelle approche remplaçant l’Économie-Basée sur le Crédit par l’Économie-Basée sur les Communautés.
  6. Il ne s’agit pas seulement de financement mais bien plus encore: il s’agit d’une approche en même temps traditionnelle et novatrice au marché.
  7. Le Fonds aura un double objectif: fournir des ressources aux Entrepreneurs et une assistance aux Prêteurs des fonds (Banques, IMF : tous confrontés à trois grands défis: Sous-capitalisation, Digitalisation et Gestion[6].
  8. Les liens entre le Fonds et les intermédiaires financiers (IMF, banques, agences de financement, etc.) seront établis pays par pays, en fonction des situations des marchés.
  9. Nous avons testé la viabilité et validité du Modèle via une étude de faisabilité [7] et même sur le terrain.
  10. Il aura un impact positif sur le marché financier en réduisant le coût de l’emprunt.
  11. Sur la base des activités de prêt actuelles sur le continent, le Fonds peut garantir, au moins, un retour sur investissement supérieur à 3%; en outre, il existe un retour d’image pour les investisseurs agissant en tant qu’Acteurs du Développement.
  12. Le cadre institutionnel a été élaboré toute ensemble avec un calendrier provisoire, qui seront approfondit lors d’une réunion de synthèse à haut niveau.
  13. Le capital d’amorçage demandé ainsi que les formalités légales du Fonds seront discutés avec un groupe restreint de fondateurs: sociétés d’investissement, entreprises, investisseurs privés, donateurs, institutions financières ; dans cette occasion sera aussi examiné la question des pays pour le lancement du Programme.

Toute en référant à notre expérience directe dans le domaine[8], nous sommes disponibles à fournir toutes informations supplémentaires (ascaniograziosi@gmail.com) sur le montage du Fonds, sans aucun engagement.

Le Fonds fera l’historique de la promotion de la croissance inclusive des Pays le lendemain de la Pandémie tout en marquant un nouveau départ pour permettre aux Communautés et à vous-même d’avoir confiance dans le futur.

Bien à vous.


[1] https://www.linkedin.com/pulse/accelerators-help-change-business-landscape-africa-alaa-badran-icvs/?trackingId

[2] https://www.linkedin.com/pulse/africapitalism-creating-shared-value-community-based-economy-ascanio/

[3] https://ascaniograziosi.net/2018/05/28/the-digital-economy-in-africa-could-be-a-gamble-because-investments-matter/

[4] https://www.cfr.org/blog/africa-remains-untapped-market-booming-black-businesses-america

[5] THE THEORY OF CHANGE APPLIED TO FINANCE FOR DEVELOPMENT http://reader.ilmiolibro.kataweb.it/v/1252660/the-theory-of-change-applied-to-finance-for-development_1268103

[6] https://ascaniograziosi.net/2017/01/23/thre-big-challenges-for-microfinance-market-in-africa-undercapitalisation-digitalisation-and-management/https://ascaniograziosi.net/2017/03/21/restructuring-micro-financial-sector-the-next-frontier/

[7] The Gateway to Africa Inclusive Growth – JAMBO FUND” 

https://www.morebooks.de/store/gb/book/the-gateway-to-africa-inclusive-growth-jambo-fund/isbn/978-620-2-28375-5

[8] Tunisie, Bosnie, St. Lucia, Romanie, Mali, Albanie, Antilles Hollandaises, Malawi, Algérie, Maroc, Ghana et Fédération Russie. En plus : https://www.linkedin.com/pulse/accelerators-help-change-business-landscape-africa-alaa-badran-icvs/?trackingId=

Autore: graziosiascanio

I am doctor in Economics. I am based in London (+44 7943286549) and Rome (+39 3273211887). I do have a banking background and specialization in Microfinance, Project Management-Monitoring-Evaluation, Risk Fund. I have accumulated more than 30 years of experience in 28 Countries and collaborated with the major international development organizations such as World Bank Group, Ministry of Foreign Affairs-Italian Co-operation, European Union, Danish Cooperation, FAO, UNDP and Others in East Europe, Caribbean, Central Asia and Africa.
 SERVICES
- Investment Advisor
- Design, Manage, Evaluate Credit Projects Financial inclusion - Trust Funds - Guarantee Funds
- SME financing & Private Sector Development
- Association in submission Tenders dossiers & EOI
- Assist MFI decision makers to understand situations and take action
- Project Management & Evaluation
- Drafting Technical proposals & Methodologies
- Review and revision MFI strategy & Management
- Investigation for markets opportunities 
- Design credit models & Launch new products
- Capacity building, Business development, Financial inclusion
- Downscaling & Up scaling operations
- Backstopping position to follow-up multiple field activities
- Training Managers & Field staff. I launched the Service A PROJECT FOR MFI DECISION MAKERS. enquiry: graziosiascanio@aol.com I am Founder and Owner of 2030 FINANCIAl INCLUSION with LinkedIn, https://www.linkedin.com/groups/4682884 I published The Gateway to Africa Inclusive Growth, JAMBO FUND https://www.morebooks.de/store/gb/book/the-gateway-to-africa-inclusive-growth-jambo-fund/isbn/978-620-2-28375-5

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

Questo sito utilizza Akismet per ridurre lo spam. Scopri come vengono elaborati i dati derivati dai commenti.